W.E. au COL DES ARAVIS / 3-4 juillet 2010 PDF Imprimer Envoyer

WE détente en montagne :


L’AMBIANCE EST AU BEAU FIXE AU COL DES ARAVIS. 3-4 JUILLET 2010.


Après bien des appréhensions au niveau de la météo, spécialement capricieuse en ce début d’été, et au niveau de l’avancée des travaux au Gîte des 4 vents victime d’un feu de cheminée quelques mois auparavant, tout a été parfait pour ces deux journées de pleine détente  au Col des Aravis.


Nous regrettons bien sûr l’absence des familles Codina et Berger (ces dames répètent pour la Biennale de la danse de septembre) et Petit (J. François fait sont pot de départ à la retraite).

 



Pierre Cordier et Bernard Grison gardent le camp sur la terrasse du Gîte et 28 marcheurs entament une montée pas trop sévère (mais quand même un peu : n’est-ce pas Daniel !) pour accéder deux heures plus tard au Col des Frêtes. 4 Chamois s’ébrouent sur un névé. Le Mont Blanc se couvre de nuages. Nous pique-niquons face à la vue sur les Alpes enneigées.

L’appétit est là, quelques bons crus circulent.

Descente rapide surs la Croix des Frêtes en direction du chalet du Curé et arrivée sur le large chemin qui descend lentement en balcon au dessus de La Giettaz.

Achat des Reblochons fermiers avant de rejoindre le gîte et de procéder à l’attribution des chambres ….. Elles sont toutes neuves et confortables.Pétanque, bronzette, causette et toilette : il est temps de passer à l’apéro offert par L’ATELIER et organisé par Elisabeth et Alain Pierre !  Merci à Pierre Cordier pour son Punch « qui tue », à Chantal pour sa délicieuse quiche, à Alain pour son vin blanc doux.

Déjà 20 h : Danielle Aussedat, notre hôtesse nous attend pour un civet de porc et son fricot (pommes de terre, poire et pommes fruits).  Le repas avalé, il est temps de passer en revue le répertoire de la chanson française. Tout le monde se balance   pour « les filles du bord de mer »  et c’est parti pour un grand récital choral orchestré par Bernard Grison, Pierre Belin-Poput et Alain Vallot. C’est David qui organise le service. Pas de nuisance sonore à redouter : le gîte nous est réservé. Nous en profitons pour battre le rythme sur les tables de manière endiablée.

Au moment de nous coucher la voute céleste est illuminée d’étoiles et d’éclairs d’orage dans le lointain. La nuit est fraîche et réparatrice des efforts de la journée.

Au petit déjeuner tout le monde est déjà prêt. Les chaussures de marche nous appellent.

Rassemblement au parking au dessus du Lac des Confins. 4 messieurs repèrent une terrasse pour passer la journée face au spectacle de la vue et 26 marcheurs entament l’ascension du Refuge du Planet. Le chemin serpente dans la forêt, puis dans des clairières fleuries. Les descentes succèdent aux montées.  Heureusement les nuages cachent un peu les rayons du soleil mais il fait tout de même très chaud. Les quelques gouttes de pluies ne nous rafraîchissent pas et nous devons capituler avant l’arrivée au refuge. Pique-nique dans les fleurs d’arnica et retour tranquille sur les Confins.